Loading...

Gel crème pour sportifs

gel crème pour sportifs

La petite histoire

Après ma recette de baume du tigre revisité, je voulais continuer dans la lancée des soins pour sportifs. Je n’en suis pas une moi-même il faut bien l’avouer. Mais pour tous ceux qui sont adeptes de l’effort physique, et je les admire, j’ai voulu leur donner un petit coup de main. Je voulais remettre les mêmes ingrédients magiques que dans le baume du tigre mais avec une texture complètement différente. Je voulais quelque chose de très aérien, de très frais, qu’on prenne plaisir à appliquer après le sport ou quand les premières douleurs se font sentir. Le but ? Apporter un soulagement immédiat grâce au menthol puis plus profond grâce aux huiles essentielles. Au niveau de la formulation j’ai voulu m’amuser un peu, alors j’ai utilisé un nouvel émulsifiant à froid pour ce gel crème pour sportifs. Pour en savoir davantage, lisez la suite !

La recette du gel crème des sportifs

Pourcentage (%)IngrédientQuantité (pour 30g)
Phase A
16%Alcool4.8g
4%Cristaux de menthol1.2g
Phase B
28.9%Eau 8.67g8.67mL
5%Glycérine végétale1.5g
0.5%Gomme xanthane0.15g
Phase C
21%Macérât d'arnica6.3g
5%Dry Touch1.5g
15%Ester de sucre4.5g
Phase D
3%Gel d'Aloe Vera0.9g
0.4%Huile essentielle de Gaulthérie couchée 0.12g4 gouttes
0.4%Huile essentielle de Romarin à camphre 0.12g5 gouttes
0.2%Huile essentielle d’Eucalyptus Staigeriana 0.06g3 gouttes
0.6%Cosgard0.18g6 gouttes

L’hygiène, c’est la règle N°1 en cosmétique homemade, et on y déroge pas ! On se lave bien les mains et on désinfecte tous les ustensiles à l’alcool à 70°C (y compris le plan de travail).

Attention la formule est un peu délicate à réaliser à cause des nombreuses phases et de l’ester de sucre qui est un petit coquin. Mais si vous suivez bien le mode opératoire, tout se passera bien !

Mode opératoire :

  1. Pesez les ingrédients de la phase A et mettre de côté. Les cristaux de menthol vont se dissoudre au fur et à mesure dans l’alcool
  2. Dans la phase B, pesez l’eau et la glycérine végétale. Pesez à part la gomme xanthane. Tout en agitant le mélange eau+glycérine, ajoutez la gomme xanthane en pluie. Continuez à mélanger régulièrement pendant 5-10 minutes le temps que la gomme xanthane se réhydrate. Assurez-vous que le mélange soit bien homogène puis laissez de côté.
  3. Pesez le macérât d’arnica et le Dry Touch dans la phase C. Tout en mélangeant, ajoutez l’ester de sucre petit à petit. Assurez-vous qu’il n’y ai pas de grumeaux et que le mélange est homogène.
  4. Versez la phase aqueuse (phase C) dans la phase huileuse (phase D) et mélangez vigoureusement pendant 5 bonnes minutes. Le mélange va d’abord prendre un aspect de gel élastique plutôt étrange. Ne vous inquiétez pas et continuez à mélanger. Si le mélange se met à déphaser, chauffez-le très légèrement au bain-marie tout en mélangeant. A la fin, le mélange doit avoir l’apparence d’une crème lisse et homogène.
  5. Ajoutez petit à petit la phase A tout en mélangeant doucement
  6. Ajoutez un à un les ingrédients de la phase D en mélangeant après chaque ajout
  7. Transvasez dans le contenant de votre choix et étiquetez

C’est vrai que cette recette n’a pas été de tout repos. Une fois les deux phases mélangées j’avais dans mon bol un gros gel élastique qui ne ressemblait pas à grand-chose. Mais j’ai persisté et après de longues minutes de mélange vigoureux (je me suis musclé les poignets !) mon mélange a tout d’un coup déphasé, l’horreur ! J’ai cru que j’étais bonne pour jeter ma recette. Mais alors j’ai eu l’idée de le chauffer légèrement au bain-marie tout en continuant à le mélanger. Et alors miracle ! Le mélange a tout d’un coup pris l’aspect du crème et elle est stable encore aujourd’hui. Lorsqu’on formule, il ne faut jamais abandonner et ne jamais s’arrêter de mélanger 😉

A noter

Utilisez ce gel crème sur les zones douloureuses notamment après l’effort. Faites pénétrer en massant doucement (ça permettra aussi de réactiver la circulation sanguine).

N’oubliez pas de faire un test dans le pli du coude 48h avant toute utilisant pour écarter le risque de réaction allergique. Vérifiez également le pH. Il doit être compris entre 5 et 7.5.

Toutes les quantités sont données en grammes. Si vous voulez savoir pourquoi ou si vous voulez apprendre à les convertir en mL c’est par ici.

Focus sur les ingrédients

Comme vous avez pu le voir dans la formule j’ai remis les huiles essentielles présentes dans le baume du tigre revisité mais avec une plus faible proportion. Il pourra donc être utilisé sur de plus larges zones du corps et à une fréquence plus régulière. Le baume du tigre conviendra mieux pour des douleurs plus importantes et localisées.

  • Cristaux de menthol

Le menthol va apporter un soulagement immédiat aux douleurs musculaires et articulaires grâce à son effet « glaçon ». Le menthol a également des vertus antalgiques et antidouleur pour apaiser les douleurs localisées comme celles ressenties après un effort sportif par exemple. Elle a également une autre propriété très intéressante : elle améliore la pénétration cutanée des actifs comme les huiles essentielles. Les cristaux de menthol sont donc parfaitement adaptés à ce gel crème.

  • L’alcool

Les cristaux de menthol sont solubles dans l’huile ou dans l’alcool. En choisissant de les solubiliser dans l’alcool on accentue encore l’effet « glaçon » puisque l’alcool va refroidir la peau en s’évaporant. Ce gel crème étant destiné à être appliqué localement sur une courte période, il n’y a pas de risque de dessèchement de la peau parfois observé avec l’alcool. Il s’agit d’alcool à 70°C classique utilisé pour la désinfection de votre matériel.

  • La glycérine végétale

La peau a toujours soif d’hydratation. Après un effort, les muscles ont travaillé, se sont échauffés, la peau a été étirée, tendue … et une bonne dose d’hydratation ne lui ferait pas de mal. La glycérine sert d’agent hydratant et maintient la teneur naturelle en eau. En plus elle apporte à côté doux à la recette du gel crème.

  • La gomme xanthane

L’ester de sucre est un émulsifiant délicat. Il faut le chouchouter et l’aider un peu. La gomme xanthane va épaissir légèrement la phase aqueuse et faciliter la prise de l’émulsion. C’est indispensable pour assurer une bonne stabilité du gel crème. En plus il apporte le côté « gel » de la texture.

  • Le macérât d’Arnica

Mes souvenirs de l’arnica sont des petits comprimés que ma mère me donnait quand je me cognais. L’arnica est très utilisé en homéopathie en raison de ses nombreuses propriétés. Antalgique, antidouleur, anti-inflammatoire, réparateur … et la liste n’est pas complète. On retrouve ces mêmes propriétés dans le macérât huileux d’Arnica. Toutes ces propriétés auront une grande utilité après un effort sportif pour calmer les douleurs musculaires et articulaires.

  • Dry Touch

Si vous avez lu mes précédents articles (si vous ne les avez pas lus filez les lire ;)), vous savez que le Dry Touch est l’un de mes ingrédients chouchous. J’aime beaucoup son côté sec qui apporte un fini très agréable. J’en ai rajouté dans ce gel crème étant donné la porte proportion en huile dans la recette, j’avais peur que le toucher soit trop gras. Et je peux le dire, je suis contente de mon idée ! Le gel crème pénètre très facilement et ne laisse pas de sensation de gras sur la peau, au contraire il est très frais.

  • Ester de sucre

C’est l’émulsifiant de cette formule. Il s’agit d’un dérivé du sucre (sucrose stéarate) qui a la particularité de pouvoir réaliser des émulsions à froid. Ce procédé est particulièrement intéressant si la recette comporte des huiles sensibles ou un hydrolat peu résistant à la chaleur. C’est également un émulsifiant très doux et très bien toléré par la peau. Au niveau de la texture, il permet de faire des crèmes assez fluides avec un effet très frais et léger. J’ai voulu m’amuser un peu et essayer un nouvel émulsifiant et un nouveau type de texture. C’était pas gagné, mais j’adore la texture que j’au pu obtenir avec ! Mais je vous en reparlerai dans la partie du résultat 😉

  • Gel d’Aloe Vera

L’Aloe Vera a de très nombreuses propriétés que vous connaissez sans doute : cicatrisant, apaisant, hydratant… c’est vraiment à mon avis un produit indispensable pour toutes les cosméteuses. Ici, je l’utilise pour deux aspects : ses propriétés cicatrisantes et apaisantes, très utiles pour aider les muscles fatigués à se reposer, et sa texture gel qui va donner de la tenue à la recette.

  • Les huiles essentielles

Ce combo d’huiles essentielles aux multiples vertus va assurer confort et soulagement durable après l’effort. Même si le dosage est assez faible, attention aux contre-indications !

Huile essentielle de Gaulthérie couchée : c’est l’huile essentielle de prédilection des sportifs. C’est un puissant antalgique, anti-inflammatoire et antispasmodique. Elle va permette de soulager les crampes et les courbatures communes après l’effort. Elle va également avoir une action calmante sur les douleurs musculaires et articulaires.

Huile essentielle de Romarin à Camphre : Grâce à son action neuromusculaire, l’huile essentielle de Romarin à Camphre est particulièrement adaptée pour le soin des contractures musculaires, crampes et courbatures. En synergie avec l’huile essentielle de Gaulthérie couchée elle permettra de diminuer significativement les douleurs après l’effort (les grosses courbatures qui nous empêchent presque de nous habiller, je pense qu’on a toutes connu ça !)

Huile essentielle d’Eucalyptus Staigeriana : Encore une huile essentielle de rêve pour les muscles endoloris. Anti-inflammatoire puissant, cette huile va soulager efficacement les douleurs. Sur le plan énergétique, c’est aussi un calmant qui vous aidera à vous relaxer tout en douceur après une séance forte en adrénaline.

  • Le Cosgard

C’est le conservateur de cette formule. Indispensable si on veut pouvoir l’utiliser plus de quelques jours.

Et si je n’ai pas un ingrédient ?

Mes articles peuvent parfois sembler assez long, mais c’est parce que j’essaie de répondre aux questions que moi-même j’aurais pu me poser. Cette rubrique justement me tient à cœur. Car combien de fois trouve-t-on une recette qui nous plaît où il manque un ingrédient ? Et où l’on n’est pas sûr de la substitution ? C’est sûr c’est l’assemblage d’ingrédients précis qui fait la spécificité de la recette, mais j’essaie ici de vous donner les clés pour pouvoir faire un produit équivalent en changeant un ou plusieurs ingrédients.

Et si je n’ai pas de cristaux de Menthol ?

Pour rappel, les cristaux de Menthol apportent un effet « glaçon » très agréable et participent à la pénétration des huiles essentielles. Il est un peu difficile de trouver un ingrédient qui ai les mêmes propriétés. Vous pouvez le remplacer par de l’huile essentielle de menthe poivrée dosée à 0.2% mais le rendu ne sera pas vraiment équivalent. Si vous n’en avez pas rajoutez davantage d’alcool. Il restera ainsi une sensation de « frais » à l’application

Et si je n’ai pas de glycérine végétale ?

La glycérine végétale joue le rôle d’hydratant dans la formule. Si vous n’en avez pas vous pouvez la remplacer par un autre agent hydratant comme le gel d’Aloe Vera, le gel de lin ou le miel par exemple. Dans ces cas-là ajoutez-les en fin de formule avec les autres ingrédients de la phase D. Si vous n’avez rien de tout ça reportez la quantité sur l’eau.

Et si je n’ai pas de gomme xanthane ?

Une gomme est indispensable pour assurer la stabilité de la formule. S’il n’y en a pas, le gel crème risque de déphaser. Mais il ne s’agit pas forcément de xanthane. Si vous en avez-vous pouvez utiliser au même pourcentage de la gomme guar ou de la gomme carraghénane. Attention pour cette dernière la gélification devra se faire à chaud.

Et si je n’ai pas de macérât d’Arnica ?

Le macérât d’Arnica est présent en forte proportion dans cette formule. Il a de nombreuses propriétés qui sont particulièrement adaptées dans un produit après l’effort pour les sportifs. Si vous en avez, vous pouvez utiliser à la place du macérât huileux de Millepertuis qui a des vertus apaisantes et réparatrices. Et si jamais vous n’avez rien de tout ça, utilisez simplement une huile polyvalente comme le Jojoba. L’efficacité ne sera pas tout à fait la même cependant.

Et si je n’ai pas de Dry Touch ?

Le Dry Touch apporte un toucher sympa à la formule et évite d’avoir un côté trop gras et huileux. Il n’est pas indispensable mais c’est un petit plus que j’apprécie beaucoup. Si vous n’en avez pas vous pouvez utiliser d’autres huiles au toucher sec comme le Coco Silicone ou le Dicaprylyl carbonate. Sinon, rajoutez davantage de macérât d’arnica ou d’une huile au toucher assez sec comme la noisette.

Et si je n’ai pas d’Ester de sucre ?

On ne va pas se mentir, c’est l’Ester de sucre qui donne cette texture si particulière au gel crème. Ca ressemble à une crème mais en fait c’est hyper aérien, hyper léger et très frais. Dans la même famille si vous avez du Gélisucre ça peut aussi faire l’affaire. Dans ce cas il faudra utiliser 1% de gomme xanthane, 6% de Gélisucre et 37.4% d’eau. Le reste des quantités reste inchangées. Vous pouvez également utiliser la cire émulsifiante n°3 à 5% en enlevant la gomme xanthane, avec 16% de macérât d’arnica et 34.4% d’eau.

Et si je n’ai pas de Gel d’Aloe Vera ?

L’Aloe Vera permet ici d’apporter de l’hydratation au gel crème ainsi qu’une certaine tenue. Vous pouvez, si vous en avez, le remplacer par du gel de lin dans les mêmes proportions. Sinon reportez sa quantité sur l’eau.

Et si je n’ai pas les huiles essentielles ?

Les huiles essentielles que j’utilise dans cette recette ont été soigneusement choisies pour leurs actions combinées sur les douleurs musculaires et articulaires après l’effort. Il s’agit d’une véritable synergie. Elles ont également d’autres utilisations très intéressantes. Mais si vous n’avez pas certaines d’entre elles, vous pouvez les remplacer par de l’huile essentielle d’Hélichryse italienne (anti-hématome, anti-inflammatoire et antispasmodique), de Millepertuis (anti-traumatique et anti-inflammatoire)  ou du baume de Copahu (anti-inflammatoire et antidouleur) dans les mêmes proportions.

Et si je n’ai pas de Cosgard ?

Le Cosgard fait partie selon moi des indispensables lorsqu’on débute (ou pas) en cosmétique maison. C’est un très bon conservateur assez bien toléré par la peau. Si vous n’en avez pas vous ne pourrez pas conserver cette recette plus de quelques jours. Allez vous en acheter !

Le résultat

Alors au niveau de la texture, c’est juste dingue ! J’avais pas mal transpiré pour réussir à la formuler et j’étais impatiente de voir le rendu. Et je n’ai pas été déçue ! A l’application, c’est hyper frais et léger, ça pénètre tout seule. Le menthol rajoute encore de la fraîcheur. J’adore le rendu, on a même pas l’impression de mettre une crème alors que ça y ressemble. J’en ai offert à ma belle-sœur qui fait du sport à haut niveau. Elle m’a dit qu’elle avait beaucoup aimé et qu’elle l’utilisait régulièrement. Mission accomplie !

Si vous avez aimé cet article ou si vous avez une question, n’hésitez pas à commenter et à le partager sur les réseaux sociaux !

Vous pourriez aussi aimer

Pas de commentaires

Laisser une réponse