Loading...

Crème de gommage gourmande pour le visage

crème de gommage gourmande

La petite histoire

Comme vous l’avez peut-être remarqué, si vous me suivez depuis quelques mois au moins, ça fait très (trop) longtemps que je n’ai pas posté d’articles. Après près de 9 mois à vous écrire un article par semaine, avec une régularité irréprochable, voilà que je ne publie plus rien pendant plus de 2 mois. Que s’est-il passé ? Et bien la vie, malheureusement, est passée par là. Rien de bien grave, mais c’est vrai que l’objectif d’un article par semaine était ambitieux. Et quand la fatigue, le boulot, les sorties et autres joies (ou pas) décident de faire partie de la fête, ça devient plus compliqué.

Au départ, j’avais juste décidé de sauter une semaine. Puis une semaine est devenue deux, puis trois. Et plus le temps passait, plus je me sentais coupable de ne pas vous écrire d’article. Comme je me sentais coupable, je n’osais pas rouvrir un document Word pour recommencer à écrire, et le temps passait encore davantage. Et me voilà partie dans un beau cercle vicieux de la culpabilité, comme vous en avez peut-être vécu pour d’autres activité.

Finalement, j’ai réussi à relancer d’autres projets persos, que j’avais arrêté aussi, et ça m’a donné une belle motivation pour recommencer ici. Alors peut-être que le rythme sera un petit peu moins soutenu, un petit peu moins régulier, mais en tout cas j’espère ne plus vous laisser deux mois sans articles !

Pour mon retour, je tenais à vous présenter une recette plutôt printanière, mais qui conviendra tout aussi bien à l’été (et aux autres saisons, soyons fous). Ce que je reproche aux gommages, ce sont parfois leurs textures pas toujours agréables, trop collantes, trop glissantes, pas assez nourrissantes, trop « aqueuses ». Après un gommage, j’ai souvent l’impression d’avoir le visage bien nettoyé, mais parfois il m’a même l’air décapé. Alors j’ai cherché un produit qui me permette de nourrir, d’hydrater et de nourrir ma peau en même temps, pour ne pas avoir à multiplier les produits. Et le voici, le voilà, je vous présente la crème de gommage gourmande pour le visage !

La recette de la crème de gommage gourmande

Pourcentage (%)IngrédientQuantité (pour 30g)
Phase A
20%Ester de sucre6g
20%Huile de Carthame6g
Phase B
40.4%Eau 12.12g
1%Gomme xanthane0.3g
Phase C
7%Urée2.1g
5%Glycérine1.5g
5%Exfoliant pépins de fraise1.5g
0.8%Fragrance Pêche à croquer0.24g8 gouttes
0.6%Cosgard0.18g5 gouttes
0.2%Vitamine E0.06g

Les bonnes habitudes ne changent pas, même après deux mois. Avant de commencer, on se lave les mains, et on désinfecte tout à l’alcool 70° (le matériel, le contenant et le plan de travail).

Mode opératoire :

L’émulsion se fait en deux temps :

  • Pour la phase A : peser l’ester de sucre, puis ajouter l’huile végétale de Carthame petit à petit tout en mélangeant jusqu’à obtenir un mélange homogène.
  • Pour la phase B : peser l’eau, puis saupoudrer la gomme xanthane tout en touillant jusqu’à obtenir un gel fluide sans grumeaux.
  • Verser tout doucement la phase B dans la phase A tout en mélangeant vigoureusement jusqu’à obtenir une préparation blanche et homogène.
  • Peser les ingrédients de la phase C un à un en mélangeant après chaque ajout. Transvaser dans un pot et étiqueter.

On l’utilise comme un gommage classique, c’est-à-dire qu’on se masse bien le visage, et qu’on rince après !

Focus sur les ingrédients

L’ester de sucre

L’ester de sucre est un émulsifiant dérivé du sucre (étonnant !) de betterave. Pour être plus précis, c’est un sucrose stéarate, c’est-à-dire le fruit d’une association entre un sucre et de l’acide stéarique. Les avantages de cet émulsifiant en particulier sont nombreux. Tout d’abord, contrairement à beaucoup d’émulsifiants « naturels », il est efficace à froid. Vous avez peut-être l’habitude de devoir chauffer la phase aqueuse et la phase grasse à la même température avant de les mélanger. Avec l’ester de sucre, pas besoin de faire tout ça ! L’un des intérêts principaux est de pouvoir utiliser des ingrédients sensibles qui résistent mal à la chaleur, comme les hydrolats ou certaines huiles végétales. Les émulsions obtenues avec l’ester de sucre sont très fraîches, très légères, avec un toucher non gras. Elle est donc bien adaptée à une crème de gommage gourmande.

Selon le pourcentage utilisé, on peut obtenir des textures plus ou moins épaisses, notamment en l’associant avec de la gomme xanthane ou un co-émulsifiant qui servent aussi à le stabiliser. C’est également un émulsifiant très doux, parfaitement adapté aux peaux sensibles par exemple, et qui va jouer le rôle d’actif hydratant. Pour obtenir une texture agréable sans se compliquer la vie, surtout pour les débutants, c’est un émulsifiant que je recommande.

L’huile végétale de Carthame

L’huile de Carthame est une huile végétale assez peu connue, mais qui a des propriétés qui sont assez intéressantes, notamment dans le cadre d’un gommage. Elle a une action anti-rougeurs assez efficace, et elle soulage particulièrement les peaux à tendance atopique. Plus globalement, elle permet de rétablir l’hydratation de la peau et de conserver son élasticité. C’est donc une huile assez « douce », adaptée à tous les types de peau, tout comme cette crème de gommage gourmande. Elle pénètre facilement dans la peau, et ne laisse pas de film gras. Son seul inconvénient : elle est très oxydable, donc la vitamine E est indispensable pour éviter le rancissement.

La gomme xanthane

La gomme xanthane est un gélifiant aqueux assez classique, que j’ai déjà utilisé dans plusieurs recettes. Elle a de manières deux utilités : gélifier la phase aqueuse ou stabiliser l’émulsion. On l’utilise en tant que gélifiant « pur » dans des recettes comme mon masque anti-imperfections pour obtenir une texture gélifiée, qui se tienne bien. C’est une gomme qui est assez facile d’utilisation, aussi bien à froid qu’à chaud. La texture obtenue est assez élastique et glissante. On peut aussi utiliser la gomme xanthane comme stabilisant dans une émulsion comme dans cette crème de gommage ou dans mon lait douceur pour le corps.

L’ester de sucre n’est pas un émulsifiant « fort », surtout à froid. Le risque d’instabilité et de déphasage est possible. La gomme xanthane permet de créer un réseau dans la phase aqueuse, et donc de limiter le déplacement des petites gouttelettes d’huiles qui sont dispersées dans l’eau. En limitant ce déplacement, on limite ainsi le risque de coalescence, et donc de déstabilisation. La gomme xanthane est donc assez essentielle dans cette recette en particulier, même si elle n’est pas du tout nécessaire dans toutes les formules d’émulsions.

L’urée

L’urée, avec la glycérine végétale, font partie des meilleurs agents hydratants en cosmétique home made. Et si j’ai mis les deux, ce n’est pas pour rien ! Le gommage, je trouve que ça peut être assez agressif parfois, quelque soit le type de peau. Enlever les cellules mortes c’est bien, je ne dis pas le contraire. C’est même important je pense d’en faire un de temps en temps (plus ou moins souvent en fonction du type de peau) pour avoir une peau en meilleure santé et plus éclatante. Mais parfois, je la trouve un peu rêche, un peu tirée, un peu sèche, après l’avoir exfoliée. Alors pour cette crème de gommage gourmande, je voulais apporter le top du top de l’hydratation. En plus, quelque soit le type de peau, l’hydratation c’est super important.

Pour reparler un peu plus précisément de l’urée, c’est un composé naturellement présent dans le corps qui fait partie du NMF (Natural Moisturizing Factor) c’est-à-dire tous les composés qui permettent le maintien de l’hydratation au sein de la peau. Elle deux actions : elle retient l’eau qui est déjà dans la peau pour éviter la déshydratation, et elle absorbe celle qui vient de l’extérieur. En plus, de part son affinité avec la peau, elle pénètre très facilement et favorise la pénétration des autres actifs. Utilisée jusqu’à 5%, elle a uniquement un rôle hydratant. Au-delà, comme dans cette recette de crème de gommage (7%), elle a aussi un rôle légèrement kératolytique. C’est-à-dire qu’elle va aider à éliminer les squames et les cellules mortes. Donc en plus d’hydrater, elle va aider l’action de l’exfoliant mécanique pour nettoyer votre peau tout comme il faut. Que demander de plus ?

La glycérine végétale

La deuxième copine du combo de la mort de l’hydratation. Je l’ai utilisée pas mal de fois (pour ne pas dire à chaque fois qu’il y a une phase aqueuse), donc si vous avez déjà lu quelques-uns de mes articles vous savez à quel point je l’affectionne. Je vais faire court du coup. C’est un super hydratant, mais un peu vicieux. Jusqu’à 5%, RAS tout va bien, c’est un super hydratant et on l’aime beaucoup. Il est très facile à utiliser, supporte le froid et le chaud, et peut même se disperser à faible dose dans du gras si nécessaire. Mais au-delà, il est collant, et il a l’effet inverse. Donc je me limite toujours à 5% maximum dans toutes mes préparations, voir moins si je veux juste donner un petit « boost » d’hydratation.

L’exfoliant pépins de fraise

Pour une crème de gommage gourmande, il me fallait un exfoliant à la hauteur. Et pour cela, j’ai choisi d’utiliser les pépins de fraise. Parce que la fraise ça m’évoque la gourmandise, les moments coccoons, les brunchs sur la terrasse… et que ça me donne très envie de me faire un gommage avec ! Utiliser ces « déchets » de fruit pour en faire un exfoliant, je trouve aussi ça très malin. En plus, c’est un exfoliant très doux, qui convient à tous les types de peau, même les plus sensibles ! Que demander de plus ?

La fragrance « Pêche à croquer »

Une fragrance que j’aime beaucoup et que j’ai déjà utilisée à plusieurs reprises. J’aime son côté frais, gourmand, léger, et j’ai trouvé qu’elle s’associerait très bien avec les fraises dans une crème de gommage gourmande. Après vous savez, les goûts et les couleurs !

Le Cosgard

Ingrédient indispensable dès qu’il y a une phase aqueuse, il permet d’assurer la bonne conservation de la préparation et d’éviter le développement de bactéries ou de moisissures. Il est tout bonnement incontournable, même pour un cosmétique que l’on n’utilise pas au quotidien.

La vitamine E

Cet antioxydant permet d’éviter le rancissement des huiles sensibles. Dans cette recette, elle est particulièrement utile car il y a de l’huile végétale de Carthame, une huile assez sensible à l’oxydation. 0.2% suffisent pour assurer une bonne protection et éviter un mauvais vieillissement du produit.

Et si je n’ai pas un ingrédient ?

Parce que vous n’avez pas forcément dans vos placards la même chose que moi, je vous propose systématiquement, et dans la mesure du possible, des alternatives pour pouvoir quand même réaliser mes recettes. Pour en savoir plus, lisez la suite !

Et si je n’ai pas d’Ester de sucre ?

L’esprit de cette recette est de réaliser une émulsion à froid, pour conserver les propriétés des huiles sensibles, avec un émulsifiant adapté à tous les types de peau et particulièrement aux peaux sensibles. La texture obtenue doit aussi être non grasse et fraîche. Et il doit être facile d’utilisation. Pour réunir tous ces critères, je dois vous avouer qu’il n’y a pas beaucoup d’alternatives à l’Ester de sucre.

Si vous voulez y incorporer des huiles végétales sensibles, vous pouvez opter pour l’émulsifiant Cœur de crème à 7% en retirant la gomme xanthane. Par contre, son utilisation est assez technique (vous pouvez aller sur la fiche technique d’Aromazone pour en savoir plus). La cire émulsifiant n°3 elle, s’utilise à 5% à chaud (toujours en retirant la gomme xanthane). Mais sa mise en œuvre est assez classique et la texture obtenue est fraîche, non grasse. Comme vous le voyez, pas facile de cocher toutes les cases. Si vous n’avez pas d’Ester de sucre pour cette crème de gommage, à vous de voir là où vous pouvez faire des « concessions » (mise en œuvre, température de chauffe…) et choisissez en fonction.

Et si je n’ai pas d’huile de Carthame ?

Alors ça, c’est super simple ! C’est vrai que l’huile de Carthame a des propriétés assez spécifiques, notamment contre les rougeurs et dans le soin des peaux atopiques et sensible. Si vous recherchez une autre huile végétale qui a le même type de propriétés, je peux par exemple vous conseiller l’huile de Calophylle Inophyle (attention par contre à l’odeur qui ne plaira pas à tout le monde), l’huile de Germe de blé (vitamine E indispensable) ou l’huile de Chaulmoogra.

Ce qui est sympa avec cette recette de crème de gommage gourmande, c’est que vous pourrez y incorporer n’importe quelle huile végétale, même sensible, puisque le mélange se fait à froid. Sinon, vous pouvez personnaliser encore plus votre gommage en choisissant l’huile végétale qui est adaptée à votre peau. Les peaux sèches apprécieront l’huile d’amande douce, alors que les peaux grasses préfèreront l’huile de noisette. Et si vous avez une huile favorite, mais qui est un peu trop délicate pour être utilisée en émulsion classique, c’est le moment !

Et si je n’ai pas de gomme xanthane ?

La gomme xanthane est ici utilisée pour stabiliser l’émulsion en épaississant très légèrement la phase aqueuse. D’autres gommes peuvent être utilisées dans une émulsion classique, mais la gomme xanthane est la seule qui puisse être utilisée à froid. Alors oui, sur le principe, vous pourriez chauffer l’eau, ajouter la gomme de votre choix, puis la faire refroidir avant de la mélanger à l’ester de sucre. Mais ce n’est pas très pratique, on est d’accord. Et je considère quand même que la gomme xanthane est un basique de la cosmétique maison, alors si vous n’en avez pas, c’est un bon investissement.

Et si je n’ai pas d’Urée et/ou de glycérine ?

J’ai regroupé les deux parce que leur fonction est la même : être des agents hydratants. Si vous n’avez que l’un et pas l’autre, ne mettez que celui que vous avez, l’effet hydratant sera déjà très appréciable. Si vous n’avez pas de glycérine, je vous conseille vivement de vous en procurer. Le ratio qualité / prix / volume est juste imbattable. Mais bon, admettons que vous n’en ayez pas pour cette fois. Vous pouvez utiliser du gel d’Aloe Vera, à hauteur de 5%. C’est également un excellent agent hydratant. Si vous en avez, vous pouvez éventuellement incorporer du Fucocert, à 5 % aussi . Par contre, ne mettez pas les deux en même temps ! Vous ne bénéficierez cependant pas de l’effet légèrement kératolytique de l’Urée qui agit en synergie avec l’exfoliant mécanique.

Et si je n’ai pas d’exfoliant pépins de fraise ?

Si vous avez tout suivi, j’ai choisi l’exfoliant pépins de fraise parce qu’il est doux pour le visage, adapté aux peaux sensibles et qu’il apporte un côté « miam » à ma crème de gommage gourmande. Mais si vous n’en avez pas, ce n’est pas grave. Il suffit que vous utilisiez un exfoliant qui soit adapté. Je peux par exemple vous conseiller la pulpe de Coco (pour le côté gourmande c’est pas mal non plus), la poudre de Réglisse, la poudre d’Urucum ou encore la Poudre de racine d’Iris. Si vous avez chez vous un autre exfoliant que ceux listés, il vous suffit de vérifier s’il est adapté à l’exfoliation du visage. Si c’est le cas, et que vous l’appréciez, allez-y ! Je vous encourage vivement à ne pas vous limiter aux exemples que je donne ici mais de faire vos propres expériences.

Et si je n’ai pas la fragrance « Pêche à croquer » ?

J’ai utilisé la fragrance « Pêche à croquer » parce que je l’aimais bien et qu’elle correspondait bien à l’univers de cette crème de gommage pour le corps, mais vous n’avez aucune obligation de l’utiliser. Si vous avez une fragrance que vous aimez bien chez vous, faîtes-vous plaisir. Assurez-vous seulement qu’elle n’est pas trop forte, car ce gommage ira quand même sur le visage. Ce serait dommage de gâcher un produit si sympa à cause de ça.

Et si je n’ai pas de Cosgard ?

Comme d’habitude, c’est non négociable et non remplaçable. Pour pouvoir conserver votre formule plus de quelques jours, vous n’avez pas d’autre choix que d’en mettre. Je suis désolée et je n’aime pas dire ça, mais c’est comme ça !

Et si je n’ai pas de vitamine E ?

La vitamine E est ici très fortement recommandée (pour ne pas dire obligatoire) à cause de la présence d’huile de Carthame qui est sensible à l’oxydation dans cette recette de crème de gommage gourmande. Si vous décidez de la remplacer par une huile qui n’est pas sensible (comme l’huile de Jojoba ou la Noisette), vous pouvez éventuellement la retirer.

Entre le début de l’article et cette conclusion, j’aurais quand même mis presque deux semaines à l’écrire ! Mais je suis fière de l’avoir terminé, en espérant que ça me donne une impulsion (positive) pour me remettre à publier des recettes un peu plus régulièrement. N’hésitez pas à le commenter ou à le partager si vous avez des questions ou des commentaires. Je reçois aussi des mails, et j’adore lire tous vos encouragements. C’est vraiment l’une des choses qui me faisait chaud au cœur et qui me donnait un coup de pied aux fesses pour m’y remettre. Alors merci à vous ! 😀

Vous pourriez aussi aimer

Commentaires (4)

  • Evelyne Mascret 1 mois auparavant Répondre
    Vraiment heureuse que tu sois de retour ! Depuis 3 mois je guettais désespérément ton blog… il faut ire que j’aime énormément tes recettes, efficaces (ah la crème légère pour les mains !), et réalisées avec peu d’ingrédients, qu’on trouve facilement. De plus, j’ai moi aussi une peau mixte à tendance grasse, qui bourgeonne facilement, et tes recettes me conviennent parfaitement : la mousse à l’ortie, l’oléogel amélioré peau mixte, adoptés ! Et j’ai bien l’intention de continuer. Alors un très grand merci de te donner la peine de partager toutes tes découvertes, je sais que c’est du boulot ! Ne culpabilise surtout pas, au contraire, chacune de tes recettes est un vrai cadeau !
  • Esthelle 1 mois auparavant Répondre
    Bonjour!
    Cela tombe bien. J’ai prévu de commander des pépins de fraise pour un exfoliant du cuir chevelu. Cela me donne une deuxième recette à faire avec cet ingrédient étonnant.
    Bonne journée.
  • Evelyne Mascret 3 semaines auparavant Répondre
    Bonjour Cat. Je viens de réaliser cette recette… avec difficulté, ça devient vite épais et un peu collant, donc difficile à mélanger : je peux te demander avec quel outil tu fais ce mélange ? Avec mon petit fouet à mains, dur dur, même si j’ai fini par y arriver…
    Le Labo de Cat 3 semaines auparavant Répondre
    Bonjour,
    Merci pour ton commentaire ! J’utilise un fouet et ça c’est passé sans (trop) de problèmes. Peut-être as-tu ajouté la phase aqueuse trop rapidement ? Il faut vraiment y aller petit à petit 🙂

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.