Loading...

Baume pour le tatouage au miel

baume pour le tatouage

La petite histoire

Il y a quelques mois, j’ai réalisé mon premier tatouage. Je savais qu’il me fallait une crème à appliquer régulièrement pour la cicatrisation. La plus utilisée est la Bepanthen qui contient de la vaseline, un dérivé du pétrole. Hors de question de m’en appliquer sur la peau. Il existe des alternatives plus clean et plus naturelles, mais je me suis dit : « pourquoi ne pas le faire moi-même ? » J’ai fait quelques recherches, j’ai regardé dans mon placard et je me suis lancée dans la réalisation de mon baume pour le tatouage ! Il me fallait un produit suffisamment gras pour nourrir la peau en pleine cicatrisation mais qui ne colle pas aux vêtements. Il fallait aussi qu’il s’applique facilement et qu’il ait des propriétés cicatrisantes. Je vous spoile un petit peu, le résultat est bluffant ! Pour en savoir plus, rendez-vous à la fin de l’article 😉

La recette du baume pour le tatouage

Pourcentage (%)IngrédientQuantité (pour 100g)
Phase A
8%Cire d'abeille8g
35%Beurre de Karité35g
15%Beurre de Cacao15g
17%Huile de Coco17g
Phase B
5%Miel5g
10%Huile végétale de Rose musquée10g
4.8%Macérât d'Arnica4.8g
0.2%Vitamine E0.2g
Phase C
5%Gel d'Aloe Vera5g

On désinfecte tout le matériel (pot compris) et on se lave les mains avant de commencer.

Mode opératoire : Peser tous les ingrédients de la phase A et les mettre à fondre au bain-marie. Quand le mélange est fondu et homogène, sortir du feu et ajouter un à un les ingrédients de la phase B en mélangeant bien après chaque ajout. Continuer à mélanger régulièrement pendant que la préparation refroidit. Quand elle commence à épaissir, ajouter le Gel d’Aloe Vera et conditionner dans un pot. Attendre ensuite à température ambiante qu’elle refroidisse complètement Etiqueter et c’est prêt !

Pour l’application, suivre les conseils de votre tatoueur/tatoueuse. Personnellement j’en appliquais en fine couche sur le tatouage dès que je le sentais sec (peau qui tire) en me lavant bien les mains avant de l’utiliser.

Zoom sur les ingrédients

La cire d’abeille

La cire d’abeille joue ici le rôle d’agent de texture. Elle permet d’épaissir la préparation. En effet ce baume pour le tatouage doit fondre quand on l’applique, mais il doit pouvoir être prélevé facilement et ne pas couler dans la main (avoir la texture d’un baume quoi). La cire d’abeille a également un rôle filmogène, c’est-à-dire qu’elle va former un film protecteur à la surface de la peau, ce qui est super utile pour la peau tatouée qui est fragilisée.

Le beurre de Karité

Vous savez bien que je ne jure que par lui et que le met dans toutes mes recettes, j’y ai même consacré un article. Et encore une fois, le beurre de Karité va être un très bon ingrédient pour ce baume pour le tatouage. Personnellement, j’ai utilisé du beurre de Karité Nilotica mais vous pouvez utiliser du beurre de Karité brut si l’odeur ne vous dérange pas. Dans tous les cas évitez le beurre de Karité raffiné (reconnaissable à sa couleur blanche) qui n’a plus aucune propriété.

En plus d’être un excellent nourrissant, le beurre de Karité a des propriétés très intéressantes. Il est apaisant, calmant et soulage les peaux tiraillées, ce qui est clairement le cas des peaux tout justes tatouées. Encore plus intéressant, c’est un réparateur cutané, il favorise donc la cicatrisation. Sa texture fondante et crémeuse permet à ce baume d’avoir une pénétration rapide et un bon étalement. Un indispensable donc !

Le beurre de Cacao

Le beurre de Cacao est un beurre très dur. En premier lieu, il va donc déjà apporter de la consistance et de la dureté à ce baume, surtout si vous vous faîtes tatouer en été (l’huile de Coco va fondre et le Karité va être plus mou) pour qu’il reste facile à prendre en main et à appliquer. Mais il a également d’autres propriétés intéressantes pour un baume pour le tatouage. Grâce aux polystérols qu’il contient, il est apaisant et réparateur cutané. Il est également protecteur et aide à rétablir le film hydrolipidique de la peau, qui est très affecté par le tatouage (la peau est rouge, irritée et sèche). C’est donc un ingrédient de choix pour ce type de recette. En plus, son odeur légère de chocolat est très agréable.

L’huile de Coco

L’huile de Coco est solide à température ambiante (enfin, sauf l’été) et devient liquide quand elle est chauffée. Quand on applique le baume pour le tatouage, on fait des mouvements circulaires pour le faire pénétrer sur toute la zone. Ces mouvements vont échauffer localement le produit et faire fondre l’huile de Coco. Comme ça le baume pénètre mieux et libère plus rapidement les molécules qui aident à la cicatrisation et qui nourrissent la peau. C’est tout bénef ! L’huile de Coco a aussi une légère odeur de Coco (logique) qui, mélangée au Cacao, donne un produit subtilement mais agréablement parfumé.

Le miel

Dans mon premier essai de baume pour le tatouage, je n’avais pas mis de miel. Le produit sentait bon, pénétrait et nourrissait bien, aucun souci de ce côté-là. Mais c’était la première séance de mon tatouage et au bout de quelques jours j’ai commencé à ressentir d’horribles démangeaisons qui ont duré presque une semaine. Je savais que c’était un passage obligé, mais je n’aimais pas du tout (qui aime ça d’ailleurs ?).

J’ai donc commencé à me renseigner sur les ingrédients naturels capables d’apaiser les démangeaisons et j’ai vu que quelques personnes recommandaient des cataplasmes au miel. J’ai eu alors l’idée d’introduire du miel dans mon baume – ce qui n’avait jamais été fait. Depuis j’ai refait plusieurs séances de tatouage et avec cette nouvelle version du baume je n’ai plus aucune démangeaison, aucune ! C’est extraordinaire, et c’est surtout un vrai soulagement. Le miel a, en plus, des propriétés cicatrisantes qui accélèrent la phase de croûte. Une belle surprise 😀

L’huile végétale de Rose Musquée

En cosmétique, l’huile végétale de Rose musquée est habituellement conseillée dans le soin des peaux matures à cause de ses propriétés antioxydantes qui agissent sur les rides. Mais elle est bien plus que ça. Cette huile est réparatrice et régénérante, et c’est très important pour une peau tatouée. La peau tout juste tatouée est agressée, irritée, rouge. Le dermographe traverse la peau pour y injecter l’encre et, soyons honnête, ça ne lui fait pas du bien (même si après c’est magnifique). La peau va naturellement s’auto-réparer mais on peut bien lui donner un petit coup de main non ? L’huile de Rose Musquée va ainsi accélérer la cicatrisation.

Le macérât d’Arnica

J’ai déjà utilisé le macérât d’Arnica dans mon baume pour les bobos du quotidien. Je vous ai expliqué les nombreuses vertus de ce macérât pour soigner les coups et les bleus. Et à la sortie du shop, on peut dire que le tatouage c’est un peu comme un gros bleu. En tout cas moi ça me fait cet effet-là. C’est donc logique que j’utilise ce macérât dans mon baume pour le tatouage. Il est anti-inflammatoire, apaisant et réparateur. Il est efficace même à petite dose et permet d’atténuer la douleur des premiers jours.

La vitamine E

Compte tenu du nombre d’huiles et de beurres dans cette recette, il est pertinent d’utiliser la vitamine E qui est un antioxydant et permet donc d’éviter le rancissement. Par contre, il est inutile d’ajouter du Cosgard, un conservateur, puisque cette recette ne contient pas d’eau (sauf le gel d’Aloe Vera mais il est en petite quantité, il est dispersé et il contient souvent déjà un conservateur.)

Le gel d’Aloe Vera

Je n’avais pas non plus mis d’Aloe Vera dans la première version de mon baume. Puis j’ai réfléchi. Je dis toujours que la peau a besoin d’hydratation et de nutrition. Et là, je n’avais mis que des produits huileux, qui n’apportent donc que de la nutrition (même s’ils ralentissent la déshydratation de la peau). Il fallait donc que j’ajoute un ingrédient hydratant. J’ai tout de suite pensé à l’Aloe Vera. Les avantages de l’Aloe Vera sont multiples.

Comme il se présente sous la forme d’un gel, il est facilement dispersible dans une texture baume comme celle du baume pour le tatouage. Il suffit d’attendre que le mélange épaississe un peu pour l’ajouter. Il est connu pour être très hydratant, ce que je recherchais. En plus, c’est un très très bon cicatrisant. Mes cicatrisations sont passées d’un mois à dix jours à tout casser, et je suis sûre que l’Aloe Vera en est responsable. C’est un vrai plus dans cette recette.

Et si je n’ai pas un ingrédient ?

Vu le soin que j’ai mis à formuler ce baume pour le tatouage, j’aimerai vous conseiller de ne rien changer. Et même si les ingrédients que j’utilise ont plusieurs fonctions et sont facilement accessibles, je veux vous proposer des alternatives au cas où il vous manquerait quelque chose, même si ce n’est pas toujours facile.

Et si je n’ai pas de cire d’abeille ?

La cire d’abeille a essentiellement un rôle d’agent de texture. Elle peut donc être remplacée par n’importe quelle cire végétale, comme la cire de candelilla ou la cire de soja. La texture sera légèrement différente mais resta semblable. C’est aussi une alternative possible pour celles qui veulent formuler des produits vegans.

Et si je n’ai pas de beurre de Karité ?

Le beurre de Karité, compte tenu de ses propriétés, est le plus adapté à la formulation d’un baume pour le tatouage. Il fait d’ailleurs partie de mes indispensables, que vous pourrez retrouver en vous inscrivant à ma newsletter. Privilégiez toujours le beurre de Karité brut, ou le Nilotica. Le beurre de Karité raffiné/désodorisé ne contenant plus aucune molécule intéressante. Si vous n’en avez pas, vous pouvez utiliser un autre beurre, comme le beurre de mangue, ou utiliser davantage de beurre de Cacao et réduire le pourcentage de cire d’abeille (pour que la texture ne soit pas trop dure).

Et si je n’ai pas de beurre de Cacao ?

Le beurre de Cacao est l’un des plus durs beurres que l’on puisse trouver, il apporte de la consistance en plus d’être nourrissant. Si vous avez du beurre de Kokum, vous pouvez l’utiliser à la place. Sinon, remplacez-le par du beurre de Karité et augmentez un peu le pourcentage de cire d’abeille pour augmenter la dureté (sinon ce baume pour le tatouage risque d’être trop mou, spécialement en été).

Et si je n’ai pas d’huile de Coco ?

L’huile de Coco a cette capacité particulière d’être solide à température ambiante et de devenir liquide quand la température est plus élevée ou sous l’action d’un mouvement. A froid, elle apporte donc de la consistance au baume pour le tatouage mais dès que vous appliquez votre baume elle fond sur la peau. Si vous n’en avez pas, vous pouvez le remplacer à moitié par une huile classique (amande douce, argan, jojoba) et l’autre moitié par du beurre de Karité, pour essayer de reproduire cette texture particulière.

Et si je n’ai pas de miel ?

Vous n’avez pas de miel dans votre placard ? Vraiment ? Et votre voisin n’en a pas non plus ? Le miel est un ingrédient important de ce baume, car il permet de calmer les démangeaisons pendant la cicatrisation. C’est vraiment un plus dans cette recette et ce serait dommage de s’en passer. Mais si vous n’en avez pas, n’en mettez tout simplement pas. Mais attention, ça va gratter :p

Et si je n’ai pas d’huile végétale de Rose Musquée ?

L’huile de Rose musquée est intéressante notamment pour ses propriétés antioxydantes. Mais si vous n’en avez pas, vous pouvez parfaitement utiliser l’huile végétale de votre choix, ou celle qui est dans vos placards. Préférez tout de même une huile plutôt nourrissante comme l’huile d’Amande douce ou d’Argan pour les plus connues.

Et si je n’ai pas de macérât d’Arnica ?

Le macérât d’Arnica a de nombreuses propriété cicatrisantes, régénérantes… c’est aussi un vrai plus dans ce baume pour le tatouage. Je vous conseille de vous le procurer, car il peut avoir de nombreuses utilisations (notamment si vous avez des enfants). Si vous n’en avez pas, vous pouvez tout simplement le remplacer par l’huile végétale de votre choix.

Et si je n’ai pas de vitamine E ?

Alors il est grand temps d’aller en acheter ! Il est indispensable d’avoir de la vitamine E quand on fait de la cosmétique home made pour protéger les huiles sensibles. Ici, vu la proportion d’huiles et de beurres, vous risquez le rancissement si vous n’en mettez pas.

Et si je n’ai pas de gel d’Aloe Vera ?

L’intérêt de l’Aloe Vera est double : c’est le seul ingrédient hydratant et sa texture gel lui permet d’être dispersée dans un baume. Si vous n’en avez pas mais que vous faîtes votre gel de lin, le résultat est équivalent. Faîtes seulement attention à bien ajouter du Cosgard à votre gel de lin fait maison pour la conservation. Vous pouvez également remplacer l’Aloe Vera par de la glycérine végétale au même pourcentage.

Mon avis

Voici le moment que vous attendiez tant : mon avis sur ce baume, et surtout les effets sur ma cicatrisation ! Alors le baume en lui-même est facile à prendre en main, s’applique bien et pénètre rapidement (mais pas trop). Il ne colle pas et forme une légère pellicule brillante sur la peau. J’aime aussi son odeur légère. Il se conserve sans problème et je le transporte facilement. Au niveau de la cicatrisation, c’est juste exceptionnel. J’ai fait un dos complet en plusieurs séances et à chaque fois ça cicatrisait totalement (croûte et pelage compris) en 10 jours. Aucune démangeaison et la peau était toujours bien nourrie. Franchement je l’adore, et je n’ai pas l’intention d’en changer !

Si vous avez aimé mon article ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à commenter et à partager.

Vous pourriez aussi aimer

Commentaires (3)

  • Anne-Lise 4 mois auparavant Répondre
    Bonjour !
    Merci pour la recette, je voulais également arrêter d’utiliser la Bepantène…
    J’ai tous les ingrédients, enfin presque !
    J’ai de la cire candelilla. Je suis vegane donc je n’ai jamais utilisé de cire d’abeille, mais je l’imagine moins dure que la candelilla (mais peut-être que ce n’est qu’une impression…).
    Est-ce que je garde la même quantité que la cire d’abeille, ou bien je réduis (ou augmente) le dosage de la cire candelilla ?
    Je n’utilise pas de miel non plus. Dans certaines recettes (pour les cheveux par exemple), on peut le remplacer par du sirop d’agave. Est-ce que ça aurait un intérêt dans ta recette ? Ou il vaut mieux ne rien mettre ?
    Merci d’avance pour tes réponses, et merci encore pour cette recette !
    Le Labo de Cat 4 mois auparavant Répondre
    Bonjour et merci pour ton commentaire !
    La cire de candelilla a un point de fusion de 66-73°C alors que celui de la cire d’abeille est de 61-66°C, la cire d’abeille est donc moins dure que la cire de candelilla, tu as raison ! Tu peux baisser le pourcentage de cire à 7%, et reporter le 1% restant sur le beurre de Cacao.
    Ne connaissant pas du tout le sirop d’agave, je ne suis pas du tout certaine de son intérêt dans la recette. Je pense, dans le doute, qu’il vaudrait mieux ne rien mettre. Tu peux reporter les 5% de miel sur le beurre de Karité si tu veux.
    En espérant avoir répondu à tes questions !
    Si tu l’utilises, n’hésite pas à me faire un retour 😉
    Anne-Lise 4 mois auparavant
    Merci pour ta réponse rapide !
    Ma tatoueuse m’avait dit que si je voulais du natuel, je pouvais appliquer de l’huile de coco. J’avais pas osé… mais ta recette m’a tenté, vu les propriétés de tous les ingrédients !
    J’ai suivi tous tes conseils (7g de cire candelilla, 16g de beurre de cacao, 40g de beurre de karité et pas de miel).
    Mon tatouage a déjà 3 semaines, donc je n’ai déjà plus de démangeaisons ni de croûtes et il ne pèle plus, mais j’ai commencé à l’hydrater avec ton baume depuis hier. C’est très différent d’une crème, mais c’est très agréable. J’imagine que sur un tatouage frais, ca doit être beaucoup moins douloureux de faire pénétrer ce baume plutôt que la bépanthène qui est tellement épaisse que ça arrache les « pelures ».
    Prochaine séance de tatouage dans 15 jours. J’ai hâte de tester la cicatrisation avec ce baume !
    Encore merci !

Laisser une réponse